Rétrospective 2017

Encore une année qui s’achève. L’heure de faire le bilan des progrès accomplis et des étapes qui ont jalonné ce nouveau périple autour du Soleil. Le sablier du temps s’écoule inexorablement et chaque nouvelle victoire, chaque nouvelle rencontre, chaque main tendue prend une dimension particulière à chaque année qui passe.
Pour ma part, 2017 a vu la réalisation d’un objectif auquel je ne donnais guère de chances quand je me suis lancé il y a cinq ans, mais qui, étape après étape, s’est finalement réalisé : celui de voir mon premier roman publié par un éditeur et largement diffusé en librairie. Bien sûr, comme pour tous les objectifs, je n’ai guère eu le temps de savourer le moment car aussitôt s’est posé la question de savoir s’il allait se vendre ! Se retrouver dans la peau d’un auteur pratiquement inconnu qui sort un pavé comme premier roman n’est pas la sinécure que l’on pourrait imaginer. Le cauchemar ne faisait que commencer.
Je vous invite donc à me suivre le long de cette année riche en émotions et rebondissements, en espérant que cela puisse inspirer d’autres vocations et vous éclairer sur le quotidien d’un auteur en devenir.


Janvier

L’année a commencé très fort avec la parution dans le magazine hebdomadaire « Le quotidien du médecin » d’une série policière inédite en six épisodes, « Nouvelle année, nouveau cadavre ». L’histoire d’une légiste un peu particulière et du commissaire qu’elle fait tourner en bourrique. La série n’est pour l’instant disponible que pour les abonnés du magazine papier et en ligne mais j’espère pouvoir la publier lorsque les droits me seront retournés.

C’est également en janvier que j’ai signé le contrat de publication pour « Le baiser de Pandore » avec les éditions Incartade(s).

Février

Ma nouvelle « Près du lac de Vermaudit » a été sélectionnée par le magazine Notre Temps pour diffusion sur la plateforme numérique destinée à leurs abonnés.

Mars

J’ai eu le plaisir d’être invité par Amazon au Salon du Livre Paris afin de participer à une table ronde sur comment lancer son livre, un sujet que j’ai ensuite développé dans un article sur mon blog.

C’est ma quatrième participation à Livre Paris et c’est chaque année l’occasion de faire de nouveaux amis auteurs, lecteurs et blogueurs ainsi que de retrouver la joyeuse famille des auteurs Amazon, un grand moment de partage.

À cette occasion, j’ai eu le plaisir d’être cité dans le magazine de FR3 IDF comme l’un des succès de l’autoédition.

Avril

Une de mes nouvelles, « Le puits aux fées » a été traduite en anglais pour distribution aux États-Unis, notamment dans le café littéraire tenu par Francis Ford Coppola. La nouvelle est également disponible sur différents réseaux de distribution tel le réseau de bus Transdev.

Juillet

Parution en librairie et au format numérique de mon premier roman, « Le baiser de Pandore », aux éditions Incartade(s). En dépit de toutes mes appréhensions, le roman s’est très bien vendu, a eu de belles mises en avant dans les grandes surfaces spécialisées telles la Fnac ou Cultura et est resté cinq mois dans les listes des meilleures ventes Policier de la Fnac.
Le premier tirage a été épuisé en deux semaines et un second tirage a été nécessaire au mois d’août pour répondre à la demande. On peut dire que j’ai eu chaud, mais ce roman m’a porté chance depuis le début et il ne m’a pas failli cette fois encore.
Tout formats confondus, le roman a maintenant dépassé les 10 000 exemplaires vendus. Bien évidemment, j’aurais préféré en vendre 100 000, mais c’est un objectif que je dois remettre à une autre année. C’est très difficile de percer en tant que nouvel auteur et je suis heureux que les objectifs fixés avec l’éditeur aient été atteints et même dépassés, malgré l’absence de publicité et de soutien de la presse spécialisée. Une fois de plus, c’est grâce aux lecteurs, à une trentaine de blogueurs et à la participation des points de vente que le livre a pu avoir du succès.
À noter quand même le magazine littéraire 300 Mille Signes qui lui a dédié un article en septembre.

L’enjeu d’un lancement réussi était si important qu’à partir de juillet, j’ai dû dédier la majorité de mon temps à la promotion de ce titre, grappillant quelques heures ici et là pour avancer sur mon prochain roman, parsemé de quelques participations à des remises de prix littéraires tels le Prix des plumes francophones ou le Prix Monbestseller 2017 afin de garder le contact avec ceux qui m’ont aidé à percer dans le milieu.

Décembre

Ma nouvelle « L’orage », finaliste du Prix Noir et Court, a été sélectionnée par le magazine Notre Temps pour diffusion sur la plateforme numérique destinée à leurs abonnés.

Au milieu de toute cette activité, j’ai quand même réussi à écrire mon troisième roman, « Ceux qui contemplent l’abîme », un thriller policier entre Paris et Copenhague. J’espère pouvoir le publier en janvier en autoédition et, s’il a du succès, en faire mon second roman en librairie. J’en ai publié gratuitement un long extrait pour ceux et celles qui s’intéressent à mes écrits, et pour recueillir vos impressions. Pour le découvrir en exclusivité, suivez ce lien.

Voilà. Une année bien remplie, où l’un de mes objectifs majeurs a été accompli. Bien sûr, on va essayer de faire mieux dans l’année qui commence. Il est important de se lancer des défis, et je vous encourage à faire de même.
Amitiés,
Patrick Ferrer

4 commentaires

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s